livre, roman, lecture

Tu tueras le roi – Sandrone Dazieri

Chronique

Titre : Tu tueras le roi (3ème tome)

Auteur : Sandrone Dazieri

Maison d’édition : La bête Noire (Robert Laffont)

Date de parution : 23/05/2019

Prix chez l’éditeur : 21.50 €

Nombre de pages : 640

Nombre de tomes : 3

 

Résumé

Une seule règle à retenir : le roi gagne à tous les coups.

Voilà quinze mois que Dante Torre, l’Homme du Silo, a été enlevé. Quinze mois que Colomba Caselli vit retirée du monde dans une petite ferme perdue dans la région italienne des Marches.
Mais, après une violente tempête de neige, Colomba découvre un adolescent autiste, Tommy, dans la remise de son jardin. Il est traumatisé et couvert de sang, ses parents ont été assassinés. Pour la police locale, cela ne fait aucun doute : c’est lui le coupable. Entraînée malgré elle dans l’enquête, l’ancienne commissaire de police découvre des liens entre cette affaire et la disparition de Dante et, peut-être, un moyen de retrouver ce dernier.
Pendant ce temps, un mystérieux  » Roi de Deniers  » agit dans l’ombre…

Mon avis

Et voilà ! La trilogie se clôture avec brio sur ce troisième et dernier opus. C’est avec un brin de tristesse que j’écris mon avis car il est bien difficile de quitter notre duo Colomba/Dante. A mon goût, ce sont réellement ces deux personnages principaux qui ont fait la force de l’histoire, et ce, depuis le tout début. Ils ont donné vie à un terrible thriller, peuplé de morts, de complots et de secrets dont le voile est enfin tombé dans ce livre.

Il est vrai qu’à la fin du second tome, Sandrone Dazieri nous avait fait l’honneur de terminer avec l’enlèvement de Dante, ce qui m’avait pratiquement fait hurler de frustration. Forcément, il incombe à Colomba Caselli de nous introduire dans ce dernier opus, non sans difficulté puisqu’elle s’est terrée dans une vieille ferme et retirée du monde, quinze mois après l’attentat de Venise. Dépitée de n’avoir pu sauver (ni retrouver) Dante et ayant démissionné de la Police, elle erre comme une loque dans la campagne italienne. Mais les cartes n’ont pas toutes été jouées et le « Roi de Deniers » tend ses fils pour que ses marionnettes se remettent en selle.

Un roman construit et mené à la baguette pour nous offrir une incroyable conclusion. Une lecture sans temps mort et qui dévoile astucieusement une bonne part de ce qui nous avait échappé jusqu’alors. Mais pas tout ! Je soupçonne l’auteur d’avoir laissé une trappe ouverte, de façon tout à fait intentionnelle. (Personnellement, j’espère que ça ne permettra pas la naissance d’un quatrième tome « commercial », je serais assez déçue). Par contre, je vous conseille d’avoir en tête les deux anciens tomes car même si l’auteur tente de nous en rappeler les grandes lignes, j’ai eu quelques « absences », notamment en ce qui concerne « Le Père », premier tome que j’avais finalement lu il y a déjà quatre ans !

Sur ce, je vous souhaite une belle découverte et une lecture aussi passionnante que fut la mienne !

notation A VOS LIVRES

 

Retrouvez mes avis sur ses précédents romans :

Retrouvez tous les avis des lecteurs de Babelio :

No Comments

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.