Maison d’édition : Milady

Date de parution : 29/05/2015

Prix chez l’éditeur : 14.90 €

Nombre de pages : 316

Nombre de tomes : en cours

 

Résumé

Damen est un héros pour son peuple et le légitime héritier du trône d’Akielos. Mais lorsque son demi-frère s empare du pouvoir, Damen est capturé, dépouillé de son identité et offert comme esclave au prince d’un royaume ennemi.
Beau, manipulateur et létal, son nouveau maître, le prince Laurent, incarne ce qui se fait de pire à la cour de Vere. Mais dans la toile mortelle de la politique Vérétienne, les apparences sont trompeuses, et lorsque Damen se retrouve pris dans un jeu de pouvoir pour le trône, il doit s’allier à Laurent afin de survivre et sauver son royaume.
Sans jamais oublier une règle vitale : cacher sa véritable identité à tout prix. Car l’homme dont il a besoin est celui qui a le plus de raisons de le haïr…

Mon avis

Je remercie Babelio pour m’avoir fait découvrir le premier tome de cette saga. Malgré tout, il m’a été difficile de m’investir dans cette lecture. Je n’ai pas été enchaînée à l’histoire, malgré toute ma bonne volonté…

Je pense que ma déception n’est qu’une histoire de goût personnel, et qu’elle n’est pas le reflet de ce qu’est le livre. Je n’ai pas été envoutée, cela arrive. Pourtant cette saga semble avoir toutes les armes en main pour plaire à de nombreux lecteurs, si ce n’est pas moi. L’histoire se déroule dans un monde fantasy/médiéval où tout tourne autour d’intrigues liant deux familles royales, de deux royaumes qui se détestent. Nous retrouvons tous les symboles de ce que peut nous transmettre une histoire comme celle-ci : fierté, loyauté et courage qui se mélangent très bien avec une atmosphère plutôt décadente M/M, étouffante de mensonges et de trahisons.

Nos deux personnages principaux qui sont Damen et Laurent, se détestent. Ils se vouent une haine terrible. L’un est l’esclave enchaîné, l’autre le prince détesté.

Ce qu’il m’a manqué dans cette histoire c’est peut-être une présence féminine… Oui, d’une certaine façon, chaque lecteur se « retrouve » ne serait-ce qu’un tout petit peu dans un personnage d’un livre. Ou peut-être même aimerait se voir comme un des personnages. Ici, on est vraiment dans un univers masculin et je n’y ai pas trouvé ma place.

Par contre, je n’ai rien à redire concernant la plume de C.S. Pacat, qui se lit extrêmement bien. Elle est fluide, assez rythmée pour garder le suspens, idéale pour ce genre de récit.

Pour conclure, une lecture qui n’était pas pour moi, mais je me raccroche au fait, qu’elle le sera sûrement pour d’autres ! Je vous souhaite de belles découvertes livresques !