Maison d’édition : Nathan

Date de parution : 21/02/2013

Prix chez l’éditeur : 16.90 €

Nombre de pages : 327

Nombre de tomes : 1

 

Résumé

 

Hazel, 16 ans, est atteinte d’un cancer. Son dernier traitement semble avoir arrêté l’évolution de la maladie, mais elle se sait condamnée. Bien qu’elle s’y ennuie passablement, elle intègre un groupe de soutien, fréquenté par d’autres jeunes malades. C’est là qu’elle rencontre Augustus, un garçon en rémission, qui partage son humour et son goût de la littérature. Entre les deux adolescents, l’attirance est immédiate. Et malgré les réticences d’Hazel, qui a peur de s’impliquer dans une relation dont le temps est compté, leur histoire d’amour commence… les entraînant vite dans un projet un peu fou, ambitieux, drôle et surtout plein de vie.

 

 

Mon avis

 

Quand j’ai acheté ce livre, j’ai bien évidemment pensé au roman « Avant toi » de Jojo Moyes, histoire qui m’avait marqué étant donné que j’étais restée en état végétatif et avec le coeur brisé durant plusieurs jours. Je savais, avant d’ouvrir « Nos étoiles contraires », qu’il me fallait ne pas trop m’accrocher aux personnages, au risque de me noyer, encore une fois, dans mes larmes de crocodiles. En bref, j’étais prête mentalement à subir ce déluge d’émotions qui prend au tripes. Malgré tous mes efforts, j’ai encore une fois été bouleversée….

L’histoire nous raconte la rencontre entre Hazel, jeune fille de 16 ans, qui a un cancer de la thyroïde depuis quelques années, avec des poumons en mauvais état qui l’obligent à déambuler avec une bonbonne d’oxygène et Augustus, 17 ans, ayant eu un début d’ostéosarcome (cancer des os), mais en rémission depuis 14 mois. Dès leur rencontre, on sait qu’il y aura une des plus belles histoires d’amour, mais on sait aussi, qu’ils sont tous les deux cernés par la maladie, ce qui nous donne une légère envie de tordre le coup au Cancer….

L’histoire va avancer autour d’un thème, d’un livre que nos deux personnages vont adorer et qui vont les emmener bien plus loin que ce qu’ils espéraient.

N’étant pas malade moi-même, il m’a été difficile de concevoir leur point de vue sur la mort, la maladie. En effet, tout le long du livre, une sorte de froideur dans leurs termes, une réalité si objective de leurs parts m’ont souvent donné froid dans le dos…. L’auteur ne nous épargne pas, car à partir du milieu du livre, on ne peut qu’être bouleversé par leur histoire, par leurs rêves, par ce qui ne leur est pas accordé et leur cynisme face à ce qu’ils sont.

Après avoir fini ma lecture et en regardant la couverture où il est écrit « Drôle, lumineux »…. J’étais un peu en colère, comme si je découvrais une publicité mensongère. Sur le coup, j’avais plus envie de hurler que cette histoire est dévastatrice et douloureuse et… C’est pour cela que j’ai attendu le lendemain pour faire ma chronique !

C’est un beau livre, une magnifique histoire sur la vie et la mort, écrit avec justesse, une histoire d’amour pure et innocente. Je ne sais pas si j’irai voir le film cet été au cinéma de peur d’être obligée d’emmener ma cargaison de mouchoirs et de revivre cette bouleversante histoire. Pour ceux qui ne l’ont pas lu, je vous le conseille bien évidemment (non sans avoir des Kleenex à disposition).

 

 

 

 

**********