Maison d’édition : Gallmeister (Neonoir)

Date de parution : 02/06/2016

Prix chez l’éditeur : 17.50 €

Nombre de pages : 238

Nombre de tomes : 1

 

 

 

Résumé

 

Je m’appelle Gina Moretti, mais vous me connaissez probablement mieux sous le nom d’Angel Dare. Vous en faites pas, je n’en parlerai à personne. J’ai tourné mon premier film X à l’âge de vingt ans, même si à l’époque, j’avais menti devant la caméra et prétendu en avoir dix-huit. Mais contrairement à bon nombre de filles avec lesquelles j’ai bossé, j’ai été assez maligne pour raccrocher. Le problème, c’est qu’à l’instar d’un catcheur ou d’un voleur de bijoux, je me suis laissé tenter par un retour. Je n’avais aucune idée que j’allais finir coincée dans un coffre de bagnole.

 

 

Mon avis

 

Je tiens à remercier Babelio ainsi que les éditions Gallmeister pour ce nouveau thriller qui vient s’ajouter à leur belle collection Neonoir. Une collection qui me tient à coeur, aussi noire qu’addictive et qui emmène généralement le lecteur dans les endroits les plus sordides de l’Amérique. Celui-ci ne fait pas exception, j’ai adoré cette petite incursion dans la pornographie !

Outre ce thème plus ou moins discutable, Christa Faust nous conte l’histoire d’angel Dare, ancienne star du porno qui se retrouve, bien malgré elle, dans une sale histoire de réseau d’esclavage sexuel d’Europe de l’est, de fric perdu et de personnages corrompus. Vous comprendrez bien, que le sujet traité, est des plus hideux et quand on parle de telle chose, il est indispensable que la plume de l’auteur n’enfonce pas plus le lecteur dans la tourmente. Ce qu’elle fait avec brio en y joignant un certain humour dont je raffole tout particulièrement.( D’ailleurs je trouve la verbosité poilante assez semblable à celle de Todd Robinson dans Cassandra.)

Une lecture au rythme rapide qui suit les traces de notre héroïne à la verve plutôt comique. Des personnages attachants, des blondes siliconées plutôt étranges et des méchants enfoirés qu’on aimerait bien décapiter.

En conclusion, une superbe lecture que je vous souhaite de découvrir très vite !

Citation

« La seule façon de sortir semblait donc être d’abaisser les sièges arrière à coups de pied. J’entamai une longue discussion avec mes jambes sur la possibilité qu’elles participent à cette opération. Elles commencèrent par m’opposer un non catégorique, mais lorsque je leur expliquai la fâcheuse situation qui serait la leur si mon cœur cessait de battre ou qu’une hémorragie trop importante aboutissait à l’arrêt de toutes les fonctions cérébrales, elles consentirent à apporter leur contribution, quoique de mauvaise grâce et non sans d’aigres ronchonnements. »

 

 **********