Maison d’édition : Michel Lafon

Date de parution : 15/05/2014

Prix chez l’éditeur : 16.95 €

Nombre de pages : 420

Nombre de tomes : 1

 

Résumé

Tout a commencé par une lettre. Une simple rédaction demandée par un prof : écrire à un disparu. Laurel a choisi Kurt Cobain, parce que sa grande sœur May l’adorait. Et qu’il est mort jeune, comme May. Si elle ne rend jamais son devoir, très vite, le carnet de Laurel se remplit de lettres à Amy Winehouse, Heath Ledger… À ces confidents inattendus, elle raconte sa première année de lycée, sa famille décomposée, ses nouveaux amis, son premier amour. Mais avant d’écrire à la seule disparue qui lui tient vraiment à cœur, Laurel devra se confronter au secret qui la tourmente, et faire face à ce qui s’est vraiment passé la nuit où May est décédée.

 

Mon avis

Quand j’ai eu ce livre dans les mains, je savais qu’il allait me chambouler…. Une impression ? un sixième sens ? Aucune idée, mais le fait est qu’il m’a réellement bouleversé. Je viens de le refermer avec les mêmes mains moites que lorsque j’ai tourné les premières pages.

J’avoue aimer les histoires poignantes qui vous font voyager entre larmes, sourires et angoisses, mais dans ce livre, j’admets plutôt avoir été pris aux tripes. Laurel, l’héroïne de ce roman, a perdu sa soeur dans de tragiques circonstances, et, afin de trouver une réponse à ce qu’elle est, elle écrit son histoire à des personnes célèbres en pensant qu’elle pourra ainsi se libérer de ce cauchemars.

Laurel fera des rencontres importantes à son lycée, comme des ami(e)s qui la chériront pour ce qu’elle est et qui ne la verront pas comme étant « la petite soeur de May, la fille que tout le monde admirait ». Elle rencontrera également l’amour avec un garçon mystérieux qui semble la connaitre. On voit également la déchirure du cocon familiale après le décès de May, ce qui s’ajoutera au désespoir et à la culpabilité de notre héroïne.

Au début du roman, et ce, jusqu’au milieu, j’avais un étrange sentiment : celui de ne pas savoir quels étaient les sentiments de l’héroïne. C’est avec un calme plat, à la limite de l’indifférence qu’elle décrit dans ses lettres sa vie depuis la mort de May (son lycée, ses amis, Sky, sa famille….). Cette caractéristique m’a beaucoup surpris. J’avais l’impression qu’elle n’était pas un personnage « vivant », mais plutôt une ombre qui semblait totalement détachée et qui nous racontait ce qu’elle voyait. C’était très étrange car, à contrario, une foule de sensations s’entremêlaient à l’évocation de ses souvenirs avec sa soeur

Par la suite, un raz de marée d’émotions s’est jeté sur moi, et ce, jusqu’à la dernière page.

J’ai donc beaucoup aimé ce livre, avec des personnages qui m’ont énormément touchés, autant la famille de Laurel que ses ami(e)s. Un livre qui vous touche au point de faire une minute ou deux d’apnée après l’avoir terminé….. C’est en général un livre dont vous vous souviendrez.

 

 Je remercie les éditions Michel Lafon ainsi que Sumire Chroniques pour m’avoir donné l’occasion d’avoir, de nouveau, fait le plein d’émotions.