Maison d’édition : Persée

Date de parution : 23/11/2015

Prix chez l’éditeur : 13.20 €

Nombre de pages : 156

Nombre de tomes : 1

 

 

 

Résumé

 

Victime d’un père autoritaire, Francis, travailleur acharné devenu millionnaire fait récemment faillite. En instance de divorce de surcroît, le cumul des problèmes le mène au désespoir. Envisageant pour un moment le suicide, il se retrouve au hasard des routes face à face sur une plage déserte avec une inconnue prénommée Astrid.

À travers quelques questions judicieuses, Astrid ouvre les yeux de Francis, l’aide à identifier ses problèmes réels et à poursuivre sa quête du bonheur pour retrouver la joie de vivre qui était en fait à portée de main. Leur débat prend la forme d’une vraie leçon de vie.

 

 

Mon avis

 

Je tiens à remercier les éditions Persée ainsi que Babelio pour m’avoir permis de lire ce roman. C’est plutôt rare, mais j’ai moyennement aimé cette lecture. Je n’ai pas été surprise du tout, et je me suis ennuyée… J’ai trouvé les deux personnages, Astrid et Francis, très plats et sans couleur. Je pense que ce livre aurait pu taquiner ma curiosité s’il avait été plus complet, si l’auteur avait animé plus en profondeur les sentiments et les doutes de ses personnages. Tout est allé trop vite, tout était trop lisse à mon goût…

Un homme milliardaire qui se fait ruiner, en plein divorce et qui s’en va sur une plage, revolver dans la poche, rencontre Astrid, jeune femme curieuse et sensiblement atypique. Soit (mais je n’y crois pas du tout). Une conversation, des questions, des secrets inavoués, des rêves oubliés retourne totalement la situation. Bref, tout cela est un peu trop facile et il m’a manqué un véritable attachement aux personnages et c’est fort dommage…

C’est compliqué pour moi de lire des romans que je nommerais (peut-être à tort) « développement personnel » car j’ai une véritable addiction à Laurent Gounelle. Et ce roman, « les yeux d’Astrid » m’a beaucoup fait penser au roman « L’homme qui voulait être heureux ». Malheureusement, ce dernier étant un véritable coup de cœur, j’ai peut-être eu un peu de mal à ne pas comparer ces deux œuvres.

Je suis passée à côté de cette lecture qui m’a paru fade, cependant, comme toujours, ceci n’est que mon humble avis, et je vous conseillerai toujours d’avoir le vôtre !

 

 **********