BD, lecture

L’âge d’or – Tome 1 – Pedrosa & Moreil

Chronique

Titre : L’âge d’or (Tome 1)

Auteur : Pedrosa & Moreil

Maison d’édition : Dupuis

Date de parution : 07/09/2018

Prix chez l’éditeur : 32.00 €

Nombre de pages : 232

Nombre de tomes : 2

 

Résumé

La légende parle d’un « âge d’or, où vallées et montagnes n’étaient entravées d’aucune mu-raille. Où les hommes allaient et venaient librement… » Mais ce temps lointain est bien révolu. Le royaume est accablé par la disette et les malversations des seigneurs de la cour. À la mort du vieux roi, sa fille Tilda s’apprête à monter sur le trône pour lui succéder. Avec le soutien du sage Tankred et du loyal Bertil, ses plus proches conseillers et amis, elle entend mener à bien les réformes nécessaires pour soulager son peuple des maux qui l’accablent. Mais un complot mené par son jeune frère la condamne brusquement à l’exil. Guidée par des signes étranges, Tilda décide de reconquérir son royaume avec l’aide de ses deux compagnons. Commence alors un long périple, où leur destin sera lié à « L’âge d’or » ; bien plus qu’une légende, bien plus que l’histoire passée des hommes libres et de leur combat, c’est un livre oublié dont le pouvoir est si grand qu’il changera le monde.

1er extrait de l'âge d'or2ème extrait de l'âge d'or

3ème extrait de l'âge d'or

Son avis

Cyril Pedrosa a du talent. Beaucoup. De ses années chez Disney il garde une souplesse dans le trait ainsi qu’un sens aigu du mouvement et de la narration qui émerveillent. Ses premiers albums séduisaient par leur vivacité. Il aurait pu s’en contenter et poursuivre sa carrière à coup de ligne claire et de rondeurs virtuoses. Sauf que le Monsieur est exigeant. Album après album, il part en quête de nouveaux territoires, expérimente avec appétit, bouscule son dessin au gré d’histoires à chaque fois plus subtiles, tâte de l’introspectif…

« Trois Ombres », publié chez Delcourt en 2007, amorçait ce passage à l’âge adulte. Quant à « L’âge d’or », album majeur de l’année 2018 sorti chez Dupuis, son titre peut aussi bien faire référence au scénario qu’à un nouvel âge dans la carrière de l’auteur, celui de la maturité.

Pedrosa, accompagné au scénario par Roxanne Moreil, offre ici une merveille visuelle, un album graphiquement érudit. Le chatoiement des couleurs évoque les tapisseries médiévales et les enluminures ; la composition lorgne la Renaissance flamande ou italienne (Botticelli, Bruegel…), tout ça sans lourdeur. Car son pinceau virevolte, les cases s’animent, le cadrage danse, le regard circule avec fluidité dans le paysage puis se repose sur des doubles pages somptueuses.

Un alliage graphique d’influences du passé et de contemporanéité qui rappelle l’approche de Eyvind Earle sur « La Belle au bois dormant » de Disney.

Quant au récit, il mêle chevauchées et batailles, trahisons et révoltes au cœur d’une épopée médiévale haletante. Là aussi, passé et présent ferraillent. Les personnages sont aux prises avec les conventions d’une époque tourmentée tandis qu’à la faveur d’un système féodal défaillant, des aspirations égalitaires apparaissent. Elles nous rappellent les préoccupations d’aujourd’hui. Au fil des pages, les protagonistes oscillent entre individualisme et égalitarisme sans que l’on sache encore de quel côté ils basculeront.

D’abord assez convenu, le scénario se trouble en fin de premier tome, à l’image de son héroïne, et laisse présager une suite plus complexe. À présent, il nous faut attendre de long mois avant de revivre un pareil enchantement. Ce qui nous laisse le temps de parcourir à nouveau les pages ébouriffantes de « L’âge d’or ». Ou de courir en librairie pour se le procurer !

Bonne lecture à tous !

Coup de coeur

Retrouvez tous les avis des lecteurs de Babelio :

No Comments

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.