Maison d’édition : Actes Sud (Babel noir)

Date de parution : 04/05/2012

Prix chez l’éditeur : 9.50 €

Nombre de pages : 509

Nombre de tomes : en cours

 

Résumé

Erica Falck, trentenaire installée dans une petite ville paisible de la côte ouest suédoise où elle écrit des biographies, découvre le cadavre aux poignets tailladés d’une amie d’enfance dans une baignoire d’eau gelée. Impliquée malgré elle dans l’enquête, Erica est vite convaincue qu’il ne s’agit pas d’un suicide. Sur ce point, et sur beaucoup d’autres, l’inspecteur Patrik Hedstrôm, amoureux transi, la rejoint. Stimulée par cette flamme naissante, Erica se lance à la conquête de la vérité et met au jour, dans la petite société provinciale qu’elle croyait bien connaître, des secrets détestables. Bientôt, on retrouve le corps d’un peintre clochard, encore une mise en scène de suicide…

 

Mon avis

Hey, je crois que depuis que j’ai créé ce blog, je ne vous avais encore jamais fait un petit topo sur un vrai polar digne de ce nom… Bon bah, voilà, ce sera fait ! Déjà, je m’excuse auprès de Camilla, j’ai maltraité la première moitié de son livre. Je l’ai lu à la vitesse d’un escargot sous prozac. Je suis désolée, j’ai pêché en tant que lectrice. ^^

J’avais déjà testé le goût du thrilleur suédois avec la saga « Millénium » et j’avais beaucoup aimé à l’époque. J’ai donc passé également un bon moment avec ce premier tome de Camilla Läckberg, auteure que je ne connaissais pas (attention, la saga millénium et celle-ci n’ont aucun point en commun !). J’ai donc renfilé ma doudoune et suis partie conquérir les mystères de la petite ville suédoise de Fjällbacka.

L’histoire est assez classique, pas de quoi s’émerveiller non plus. Une petite ville en bord de mer, un meurtre, puis deux, un flic sympathique, une héroïne un peu trop curieuse et de nombreux secrets dissimulés par les habitants. On soulève une pierre et on aperçoit toute la merde qui grouille en dessous. J’ai trouvé que l’histoire était bien ficelée, tout se met en place, même si par moments (un peu trop souvent à mon goût), on a la nette impression que notre cerveau va bien plus vite que celui de Patrick et Erica. C’est assez frustrant. De plus, je trouve qu’il m’a manqué une touche émotionnelle dans ce premier opus… Je ne sais pas… Quelque chose ou un personnage à qui m’attacher, de la peur, du suspens, de l’appréhension, du dégoût… C’est dommage car il y avait de très bons éléments pour un polar bien glauque et finalement, je trouve que mon coeur de lectrice n’a pas fait la chute libre à laquelle je m’attendais. Bref, je ne perds pas espoir, d’autant plus que certains petits évènements n’ont pas eu de conclusion, ce qui me laisse imaginer qu’on le saura au prochain tome.

Une plume très facile d’accès et fluide, ce qui nous permet (à peu près) de digérer les longs pavés descriptifs de l’auteure. Oui, la maison d’Erica, je la connais sous tous les angles, je pourrais pratiquement vous en faire un plan en 3D !

Pour conclure un premier tome qui me laisse un petit arrière goût d’insatisfaction, même si dans sa globalité, j’ai apprécié la tournure de cette enquête.