livre, roman, lecture

La pierre et le sabre – Eiji Yoshikawa

Maison d’édition : J’ai lu

Date de parution : 07/06/2000

Prix chez l’éditeur : 9.90 €

Nombre de pages : 856

Nombre de tomes : 2

 

Résumé

«Le sabre perça l’air avec le bruit sec d’une corde d’arc, et un cri foudroyant remplit l’espace vide… Un énorme soleil rouge jaillit en flammes au-dessus du Higashiyama… Fasciné, vibrant de vie, Musashi le regardait monter… Son sang parut sur le point de jaillir de ses pores. On eût dit le diable même, surgi de l’enfer.»
Dans le Japon du XVIIe siècle, Miyamoto Musashi, jeune homme fougueux, n’aspire qu’à se battre. Recherché dans tout le pays, il est recueilli par un moine et n’a bientôt plus qu’un but : tendre à la perfection grâce aux arts martiaux. Son sabre sera désormais serviteur du bien. Il ira de combats en conquêtes à la recherche d’amour et de sagesse, épaulé par le chant de sa tendre Otsu. Un grand classique du récit initiatique qui marie amour, aventure et quête de soi.

Mon avis

Je suis ravie de vous présenter mon premier coup de cœur de l’année 2019 ! Un roman de cape et d’épée, ou plutôt de kimono et de sabre dans un Japon médiéval du XVIIè siècle. Un premier tome qui se lit avec facilité pour les novices du genre, et avec passion pour les amoureux des histoires héroïques de samouraï.

Eiji Yoshikawa nous conte magnifiquement bien l’histoire du personnage principal, Musashi, jeune homme qui parcourt le pays afin d’acquérir la perfection du maniement du sabre. Jeune ronin sans maître, dans un Japon qui semble s’être rassasié des guerres, il parcourt les villes et villages à la recherche de guerriers à affronter. De nombreux personnages secondaires entourent ce héros solitaire. Qu’ils le haïssent, l’aiment, le vénèrent ou le guident, ces protagonistes offrent tout un décor et une certaine profondeur à l’histoire. Comme un grand roman d’aventure, l’auteur nous offre de grands combats de sabres, des trahisons, une politique basée sur l’honneur, du courage et une très belle romance colorée de poésie (à la japonaise). Un vrai moment de bonheur pour lecteur !

Ce qui m’a fait aimer autant cette histoire, est la réalité des faits. En effet Musashi a réellement existé, tout comme d’autres personnages secondaires, et même si Yoshikawa a enrichi son œuvre par de l’imaginaire, il s’en est tenu aux faits historiques connus. Ce qui fait de roman un petit bijou livresque.

Je conseille à tous les aventuriers qui souhaitent découvrir un grand classique de la littérature japonaise, de ne pas se fier à l’épaisseur de ce premier tome (857 pages quand même !) et de se laisser aller à la découverte de l’histoire fabuleuse de Musashi. Bonne lecture à tous !

Retrouvez tous les avis des lecteurs de Babelio :

No Comments

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.