Karoo – Steve Tesich

Chronique

Titre : Karoo

Auteur : Steve Tesich

Maison d’édition : Monsieur Toussaint Louverture

Date de parution : 02/05/2019

Prix chez l’éditeur : 13.50 €

Nombre de pages : 604

Nombre de tomes : 1

 

Résumé

Ce roman est l’odyssée d’un riche consultant en scénario dans la cinquantaine, saul «doc» Karoo, gros fumeur et alcoolique, écrivaillon sans talent séparé de sa femme et traînant plusieurs tares émotionnelles. En tant que script doctor pour Hollywood, Saul Karoo mutile et «sauve» le travail des autres. En tant qu’homme, il applique le même genre de contrôle sournois à sa vie privée et se délecte de nombreuses névroses très particulières: son ­incapacité à se saouler quelle que soit la quantité d’alcool absorbée, sa fuite désespérée devant toute forme d’intimité, ou encore son inaptitude à maintenir à flot sa propre subjectivité. même s’il le voulait, il ne pourrait pas faire les choses correctement, et la plupart du temps, il ne le veut pas. Jusqu’à ce qu’une occasion unique se présente à lui: en visionnant un film, il fait une découverte qui l’incite à prendre des mesures extravagantes pour essayer, une fois pour toutes, de se racheter.

Son avis

Avec « Karoo », réédité dans la collection « Les grands animaux », Monsieur Toussaint Louverture nous gâte, une fois de plus. Jaquette brûlée d’aluminium, bestiole à bois de cerf, histoire à l’avenant…

Mais de qui, mais de quoi qu’on cause ?

À l’instar de Steve Tesich, auteur de ce roman, le narrateur Saul Karoo, travaille pour les studios hollywoodiens en tant que script doctor. Il vit seul à New York, est marié, séparé et père d’un fils adoptif.

Dès les premières pages, la séduction opère. Le narrateur use d’un ton corrosif pour dépeindre un microcosme huppé et superficiel. Il se décrit lui-même en ivrogne névrosé, qu’une sobriété toute neuve plonge dans une crise existentielle. Cette soudaine tolérance à l’alcool, en dépit d’une consommation vertigineuse, lui est insupportable, car elle le rend lucide. Il la surnomme sa « maladie », cependant qu’un autre mal le tourmente : une incapacité chronique à entretenir des rapports sincères avec ses proches.

Dès lors, il tente de racheter une vie de dépravations par des manœuvres exigeant bien plus de détermination qu’il n’en possède. De revirements en lâchetés, sa fuite en avant jalonne la première moitié du roman d’occasions tourné au désastre.

Quand, enfin, Saul Karoo entrevoit une chance de salut, il s’humanise et son cynisme craquelle au profit d’affleurements de tendresse. Le lecteur – quoique pressentant le pire – se prend à croire en la rédemption de ce vieux bonhomme maladroit et pathétique. Une seconde partie de roman durant laquelle Steve Tesich nous piège par quelques chapitres lumineux, où foisonnent les réflexions fulgurantes. Le bonheur le dispute à la fatalité, si bien que, d’une satire acerbe, le roman glisse vers la tragédie pure.

« Karoo » s’achève par une troisième partie d’inspiration élégiaque.

Autant dire que le scénariste a brillamment élaboré son bouquin. Il sait planter son décor, caractériser ses personnages avant de nous mener où il l’entend. Au fil de ces trois parties, l’histoire prend de l’ampleur, la vivacité de l’écriture traque l’ennui, la justesse des observations tour a tour nous réjouit et nous émeut.

Voilà donc un voyage odysséen qui mérite d’être entrepris sans attendre.

Bonne lecture à tous !

 

 

 

 

notation A VOS LIVRES

 

 

Retrouvez tous les avis des lecteurs de Babelio :

No Comments

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.