Maison d’édition : Milan (Macadam)

Date de parution : 22/01/2014

Prix chez l’éditeur : 10.50 €

Nombre de pages : 122

Nombre de tomes : 1

 

Résumé

C’est pas grave de s’engueuler avec sa mere. C’est pas grave de se faire larguer par son mec. C’est pas grave un père absent. C’est pas grave d’être trahie par sa meilleure amie. C’est pas grave d’en pincer pour son prof. C’est pas grave tout ça… C’est pas grave, peut être. Mais Chloé est en colère, alors elle balance tout. Faut que ça sorte. Et puis un coup de gueule, c’est pas grave.

 

Mon avis

Petite lecture très rapide sur une adolescente, Chloé, qui nous confie ses « coups de gueules » en nous le traduisant par des monologues.

Ce petit roman est découpé en 9 chapitres intitulés par pronom : je, tu, il, elle, on, nous, vous, ils et elles. Ces chapitres nous parlent de Chloé et de sa relation avec un proche : sa mère, son père, son petit-ami, son amie, sa grand-mère… Elle nous raconte ses problèmes familiaux, avec une mère qui ne semble pas la comprendre, un père absent, un petit-ami qui veut rompre, une amie qui la trahit, une grand-mère à son écoute. Beaucoup d’incompréhension pour notre héroïne, qui semble ne pas trouver sa place dans ce monde.

Nous nous échappons le temps d’une petite heure sur les chemins épineux de la révolte et de la colère. Au début, un peu surprise par cette agressivité, ce franc-parlé à la limite de la grossièreté, je me suis vite mise dans la peau de cette jeune fille qui semble tantôt désemparée et tantôt rebelle et me suis laissée aller par ses monologues, ses points de vue pleins de rêves (irréalistes ?), ses doutes face à l’avenir, l’amour et l’amitié.

En lisant cette courte histoire, vous verrez que Chloé finira ses dialogues par « c’est pas grave, c’est la vie,… » comme le ferait une personne qui souhaite avancer malgré tout, qui trichera devant ses proches pour ne pas leur montrer sa faiblesse et sa tristesse, on leur répétant que CE N’EST PAS GRAVE.

Pour conclure, une petite lecture sympathique qui, en quelques pages, vous fera revêtir le costume de l’adolescence et vous fera dévaler une pente d’émotions fortes.

Petite citation qui m’a amusé :

« Attends ! … Faut quand même que je te dise un dernier truc avant que tu te casses, Mathis : pour le don d’organe, sur ta carte de donneur, raye le coeur ! Ce serait de l’arnaque, t’en as pas. »

Très grande

**********